• Share
  • Tweet
  • Share
Christian Bale, The Dark Knight Rises

Ron Phillips/Warner Bros. Pictures

Eh oui, les amis, le 25 juillet arrive à grands pas, et cela veut dire qu'on pourra enfin voir Batman tabasser les méchants pour la dernière fois (snif) sur le grand écran dans The Dark Knight Rises.

Et vous allez vous dire qu'on n'a fait que rassembler toutes les infos et détails qu'on a pu trouver sur la toile, mais vous avez tort !

E! News a interviewé les acteurs du film, et vous risquez d'être surpris en apprenant ce qu'on a découvert sur la saga et les gens qui se cachent derrière ces masques de super-héros...

1. Ce sont de vraies personnes : il est plus facile de rajouter une foule en images de synthèse lors des grandes scènes d'action, mais ce n'est pas la façon de procéder du réalisateur Christopher Nolan. Lorsqu'on a interviewé Joseph Gordon-Levitt, l'acteur nous a expliqué : "Tout paraissait vrai. Je crois que c'est propre aux films de Chris. Il n'a pas souvent recours aux écrans verts, aux effets numériques et aux images dessinées… on voit que tout est vrai. Il y avait vraiment des milliers de personnes devant la Bourse."

Mais ça tient aussi au fait que l'équipe a tourné pendant le mouvement Occupy Wall Street à New York.

2. Bane ne doit pas être pris à la légère : on sait que tout le monde soutient Batman, pour la simple raison que le bien prévaut toujours sur le mal, mais ça ne veut pas dire qu'il ne doit pas se battre de toutes ses forces. Le personnage de Tom Hardy est à contre-pied des autres ennemis de notre Chevalier noir.

"À mon avis, si nous avons choisi Bane parmi tous les autres différents antagonistes qu'on aurait pu placer devant Batman, c'est à cause de sa carrure. On n'a jamais vu le Batman de Christian Bale s'attaquer à un antagoniste à sa hauteur, et on ne sait pas qui va gagner, sur le plan physique", a expliqué Nolan.

Même Christian Bale admet que Bane a une forte présence : "Il arrive à Gotham au moment où Bruce Wayne se sent faible… Il est affaibli, physiquement. Il est affaibli sur le plan mental et spirituel, et c'est à ce moment-là que Bane décide d'attaquer Gotham. C'est le premier adversaire dans les Batman de Chris Nolan qui peut battre Batman sur le plan physique."

3. Conclusion et action : les fans peuvent dormir tranquillement car, selon Michael Caine, toutes les questions trouveront une réponse à la fin de cette trilogie. Et qui n'aime pas mettre un point final et tourner la page ? C'est ce qu'on pensait. En plus de cela, Caine a insisté pour dire que le film était "tellement bon qu'on ne pourra pas faire mieux". Vous pourriez quand même essayer, non ? On dit ça comme ça.

4. Anne Hathaway est endiablée : ce n'est pas nouveau ? On le sait, mais son rôle dans ce film réaffirme sa réputation. Incarnant la mystérieuse et très sexy Catwoman (elle a eu besoin de trois personnes pour se glisser dans sa combinaison moulante), Hathaway a fait toutes ses cascades, en talons aiguilles ! Non seulement ça, mais Hathaway a expliqué comment elle a fêté le fait d'avoir décroché le rôle.

"Mon agent m'a appelée et elle a miaulé à l'autre bout du fil, alors j'ai dit : «D'accord, je suppose que c'est bon signe ?» et elle a répondu : «Tu l'as eu.»" Et j'ai senti un déluge de joie, de sérotonine et d'endorphines, c'était fantastique… J'avais tellement le trac quand j'ai rencontré Chris pour la première fois que j'ai décidé de ne pas boire tant qu'il n'aurait pas pris sa décision, et je pensais que ça prendrait au moins 10 jours. Trois mois et demi plus tard, j'ai appris que j'avais décroché le rôle. Alors, j'ai sauté de joie, on est sortis boire un coup, et j'ai pris un bourbon."

5. Christian Bale : le boute-en-train : On ne croirait pas que c'est le genre de type à faire des blagues, mais selon ses co-vedettes, Bale est un vrai boute-en-train. L'acteur aimait danser sur le plateau dans son costume de Batman (qui ne le ferait pas ?!) et il a expliqué pourquoi : "Quand votre tête est autant serrée, la folie vous prend". Gary Oldman a expliqué que "ça aide [Bale] à garder la tête froide".

"C'est un formidable caméléon", a déclaré Morgan Freeman.

Qui l'eût cru ?