• Share
  • Tweet
  • Share
Katherine Heigl

Elle

Vous vous souvenez, quand Katherine Heigl allait devenir la nouvelle Julia Roberts (ou Sandra Bullock ou Jennifer Aniston, ou n'importe quelle autre chouchoute de l'Amérique du moment) ? Katherine Heigl aussi.

L'actrice au franc-parler parle, euh, franchement, avant la sortie de Happy New Year, et parmi les premiers sujets qu'elle a abordés dans son interview avec le magazine Elle, il y avait sa décision de ne pas se conformer à l'image stéréotype d'une actrice... même quand elle avait l'air d'en prendre la direction.

"Je n'ai jamais vraiment été la chouchoute de l'Amérique, mais pendant un instant, c'est ce qu'ils voulaient que je sois, je crois", a dit l'actrice au magazine dans son numéro de janvier. "Et je leur ai fait croire un instant que j'allais le devenir."

Alors que s'est-il passé ?

"Puis j'ai ouvert la bouche, et il est devenu très clair que je ne l'étais pas."

Ah. Ça.

"J'ai le point de vue caustique, sarcastique et irrévérencieux de ma mère sur les choses", a-t-elle expliqué. "Mais j'assume ce côté. Je repense à ce que j'ai dû dire, et je me dis : «Mon Dieu, je me dirais de me taire aussi.»"

Mais sa déviation d'une carrière typique a ses inconvénients, dont notamment ses critiques... qui se font entendre autant que la star elle-même.

"C'est un truc de femme. Je veux que tout le monde m'aime bien, et c'est un objectif ridicule, et impossible. Mais je continue de me pousser en avant et de me révéler, et ils me verront pour qui je suis vraiment, et ce qui a été interprété à mon sujet."

Entre-temps, dans sa quête de relancer sa réputation, Heigl a aussi accordé une interview au Cosmopolitan britannique, où elle a assumé sa participation dans tout ça.

"Hollywood adore mettre des étiquettes sur les gens, pour qu'ils soient plus faciles à identifier", a-t-elle dit. "Ça ne me dérange pas ; j'ai eu une grande gueule, comme un enfant quand on le félicite. Plus j'avais une grande gueule, plus on me louait. Je disais : «Vous pensez que ça, c'est osé ? Qu'est-ce que vous pensez de ça...» Puis ça a fini par se retourner contre moi."

Mais vu comment elle est capable de lancer un film rempli de stars, on dirait qu'à part son côté franc sans prendre de gants, elle s'est quand même pas mal débrouillée.