• Share
  • Tweet
  • Share
Angelina Jolie

AP Photo/Mohammad Sajjad

MISE À JOUR : Jolie a répondu dans une déclaration : "Il y a beaucoup de complications autour de la nature très sensible de la relation entre les personnages principaux, et cela sera révélé une fois que le film sortira. Mon espoir est que les gens ne portent pas de jugement avant d'avoir vu le film."

_____________

Ne soyez pas surpris si vous voyez Jennifer Aniston promouvoir l'Office du Tourisme Bosnien.

Le ministre de la Culture de la Fédération croato-musulmane, Gavrilo Grahovac, a révoqué un permis pour qu'Angelina Jolie filme son premier film en tant que réalisatrice dans le pays, après avoir rencontré l'Association locale des "Femmes Victimes de la Guerre", qui avait des problèmes avec l'histoire d'un soldat serbe qui tombe amoureux d'une femme musulmane.

"Ils n'ont plus l'autorisation de tourner en Bosnie", a dit Grahovac lors d'une interview radio en Bosnie. "Ils l'auront s'ils nous renvoient un scénario avec une histoire différente de ce que nous ont raconté les gens qui l'ont lu."

Techniquement, Grahovac a mis ça sur le dos d'un problème de paperasse : la demande de permis n'avait pas de scénario, comme requis par la loi. Cela signifiait que l'histoire ne pouvait être modifiée.

Le producteur basé à Sarajevo, Scout Film, insiste sur le fait que le film est une histoire d'amour, et non pas une déclaration politique ou religieuse, et selon la BBC, ils ont depuis envoyé un scénario au ministère de la Culture pour tenter de renverser leur décision.

Ce ne sera pas facile.

"Dans le film, une victime tombe amoureuse de son tortionnaire", a dit Bakira Hasecic, président de l'association.

Jolie, qui tourne actuellement le film encore sans titre à Budapest (où Brad Pitt et les enfants lui ont rendu visite la semaine dernière) a écrit au groupe, leur demandant de ne pas juger l'histoire avant de l'avoir vue. Elle demande aussi une rencontre dans l'espoir de les faire changer d'avis.

Est-ce que ça marchera ? On l'a déjà vue y arriver.