• Share
  • Tweet
  • Share
Andrew Garfield, Interview Magazine

Interview Magazine

Andrew Garfield est à tomber. Un point, c'est tout.

Il joue Eduardo dans The Social Network, joue face à Carey Mulligan et Keira Knightley dans Never Let Me Go et jouera le nouveau Spider-Man dans la nouvelle version de la franchise.

Découvrez le numéro américain d'octobre du magazine Interview pour le voir dans toute sa splendeur. Et la discussion à batons rompus qu'il a eue avec le réalisateur Terry Gilliam révèle quelques infos insolites et intéressantes sur M. Garfield. Voici un florilège...

Andrew Garfield, Interview Magazine

Interview Magazine

Garfield est né à Los Angeles, mais ses parents (papa vient de Californie, maman est anglaise) ont déménagé en Grande-Bretagne quand il avait trois ans. "L'Amérique a toujours été pour moi ce pays étranger où j'imaginais pouvoir m'échapper si nécessaire", raconte-t-il.

Enfant, il étudie la guitare classique et la gymnastique. "La première fois que j'ai fait un salto arrière a été un des plus grands moments de ma vie", précise-t-il. "C'était assez incroyable. J'ai eu l'impression d'être un surhomme pendant une seconde."

Garfield, qui a aujourd'hui 27 ans, se souvient avoir travaillé dans un Starbucks à Londres à tout juste 17 ans, car il pensait que ce serait "le genre d'endroits où rencontrer des filles originales, intelligentes et intéressantes avec des lunettes à grosses montures noires."

"Mais ça ne s'est pas vraiment passé comme ça", précise-t-il. "J'ai fini par être harcelé par une fille qui était super cool, mais qui n'était pas mon genre."

Il décroche son premier rôle dans une adaptation théâtrale d'un film de Ken Loach, Kes. Puis, il décroche un rôle dans Lions et agneaux aux côtés de Robert Redford. "Les choses ont décollé à partir de là", raconte-t-il.

Garfield déclare qu'il a toujours rêvé de jouer Spider-Man. "Quand j'ai appris que j'étais choisi pour jouer Spider-Man, c'est comme si une bulle s'était développée autour de moi", se souvient-il. "Je planais littéralement. Et puis, l'effet s'est estompé et je me suis dit : «Je suis juste un acteur. Je ne suis pas vraiment Spider-Man.»"

Malgré tout, on dirait que ces saltos arrières pourraient s'avérer bien utiles.