Stan Winston

Jordan Strauss/WireImage.com

Stan Winston n'était pas juste un magnat des monstres. Il avait aussi une âme d'enfant, c'était un fan des Beatles et un visionnaire d'Hollywood.

C'est en tout cas ce qu'affirment ses collègues, qui se sont réunis à Los Angeles dimanche pour rendre un dernier hommage au maître des effets spéciaux, qui est décédé le 15 juin à l'âge de 62 ans, après un combat de sept ans contre le cancer.

"Il a inspiré toute une génération de fans", a dit James Cameron, un des collaborateurs les plus proches du maestro des effets spéciaux, à une cérémonie qui a eu lieu au cimetière de Hillside.

 

"Je crois que les mots d'un tas de gens qui ne le connaissaient même pas personnellement pourraient bien être le plus grand hommage à lui rendre", a continué Cameron avant de lire à haute voix plusieurs hommages écrits sur Internet par des fans sur Ain't It Cool News. Le réalisateur de Titanic a aussi révélé qu'il avait parlé à Winston la veille de sa mort et qu'ils entretenaient une profonde amitié.

Winston, qui est mort d'un myélome multiple, a gagné un Oscar pour avoir créé les monstres extraordinaires des films de Cameron, Alien et Terminator, ainsi que les incroyables dinosaures présents dans le film de Steven Spielberg, Jurassic Park.

Quant à Spielberg, il a salué l'extraordinaire capacité de Winston à transformer les imaginations d'artistes en réalité.

"Ce que Stan faisait, c'est prendre nos rêves - il a pris tous nos rêves - et il les mélangeait à ses propres rêves", a dit Spielberg. "Puis il travaillait ces rêves avec un crayon, de l'argile, et plus tard, un ordinateur. En fait, il donnait vie à toutes nos idées. Il leur donnait vie."

D'autres associés du showbiz et amis étaient présents, dont notamment la star des films Alien, Sigourney Weaver ; l'acteur Robert Patrick, qui a joué le cyborg T-1000 dans T2 ; le réalisateur d'Iron Man, Jon Favreau ; le gouverneur Arnold Schwarzenegger et son acolyte de True Lies, Tom Arnold.

Après des adieux émouvants à sa famille, faits de baisers, embrassades et de rires, son fils Matt Winston a mentionné que la dernière chanson que son père ait entendue était "All My Loving" des Beatles.

  • Share
  • Tweet
  • Share