• Share
  • Tweet
  • Share
Naomi Campbell

Simon James/WireImage.com

Grâce à Naomi Campbell, la British Airways n'a même pas besoin de décoller pour qu'il y ait des turbulences.

Aujourd'hui, le mannequin fauteur de troubles a plaidé coupable d'avoir agressé deux policiers après avoir fait un esclandre à bord d'un vol de la British Airways à Heathrow, l'aéroport de Londres, en avril dernier.

Mais elle s'est débrouillée pour éviter la peine maximum de 6 mois de prison. Au lieu de cela, elle a été condamnée à 200 heures de travail d'intérêt général pour l'esclandre causé dans l'avion, à une amende de 4 600 $ et à devoir payer 200 $ à chacun des policiers qu'elle a agressés, ainsi que 300 $ au commandant de bord du vol.

Portant des lunettes de soleil et un ensemble noir, et accompagnée d'un gardien, Campbell, 38 ans, est arrivée au tribunal de première instance d'Uxbridge dans une Mercedes conduite par un chauffeur et s'est frayée un chemin à travers une foule de paparazzis et de journalistes sans répondre à leurs questions.

Selon le Crown Prosecution Service, une fois à l'intérieur, elle a plaidé coupable de quatre chefs d'accusation : deux pour agression sur un policier, un pour conduite pouvant constituer un harcèlement et un pour avoir menacé et injurié des membres de l'équipage. Deux autres chefs d'accusation pour agression et menaces n'ont pas été retenus.

L'esclandre s'est produit le 3 avril, après que le mannequin britannique a embarqué sur un vol à destination de Los Angeles. Apprenant qu'un de ses bagages avait été égaré, elle s'est mise en colère contre les membres de l'équipage. L'incident s'est déroulé le jour de l'ouverture d'un nouveau terminal de la British Airways à l'aéroport d'Heathrow qui a provoqué de gros problèmes avec l'acheminement des bagages.

Après s'en être pris aux policiers de l'aéroport qui essayaient de rétablir l'ordre, et avoir même craché sur l'un d'entre eux, Campbell a été expulsée de l'avion et emmenée en garde à vue. Elle a été relâchée sous caution huit heures plus tard.

Devant le tribunal, le représentant de Campbell, Alan Edwards, a déclaré aux journalistes que le belliqueux mannequin reconnaissait ses torts dans l'incident.