Clint Eastwood, Spike Lee

Rich Schmitt/ZumaPress.com

Clint Eastwood et Spike Lee se chamaillent, et on leur dirait bien de se comporter en hommes, mais ça pourrait finir en duel.

En résumé : au festival de Cannes le mois dernier, Lee a dit que si les journalistes "avaient un peu de couilles", ils demanderaient à Eastwood pourquoi il n'a pas inclus d'Afro-Américains dans ses films basés sur la bataille d'Iwo Jima, Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima. En dehors de suggérer que les journalistes de Cannes sont des eunuques, Lee faisait la promotion de son propre film de guerre, Miracle à Santa-Anna.

Eastwood a répondu qu'il était resté fidèle à l'Histoire, quant à la composition ethnique des soldats qui ont levé le drapeau sur l'île, et a ajouté qu'"un gars comme lui devrait la fermer". Apparemment énervé par la critique de Lee, Eastwood, dont le prochain film, The Human Factor, est autour de l'équipe de rugby sud-africaine et Nelson Mandela, a ajouté : "Oui, je ne ferai pas de Nelson Mandela un Blanc."

La dernière salve de Lee était un mélange de compliments, disant qu'Eastwood est "un grand réalisateur", et de critiques, disant qu'Eastwood parle comme "un vieux bonhomme en pétard". Bien qu'il ait ajouté que "nous ne sommes pas sur une plantation", Lee a annoncé qu'il allait mettre fin à la dispute avec "peace and love".

Cool. Alors ça veut dire qu'il va s'excuser auprès des journalistes cannois aussi ? Ils peuvent se montrer très susceptibles, à vrai dire.

Quoi qu'il en soit, qu'en dites-vous ? Spike a-t-il raison ? Ou Clint ? Ou devraient-ils tous les deux retourner à leurs films et cesser de s'insulter ?

  • Share
  • Tweet
  • Share