Bridget Bardot

Foc Kan/WireImage.com

Ce n’est pas demain la veille que Brigitte Bardot sera nommée ambassadrice des Nations Unies.

La célèbre actrice a été reconnue coupable par un jury parisien d’incitation à la haine raciale pour ce qu'elle a écrit dans une lettre qu’elle a publiée et dans laquelle elle prétend que les musulmans détruisent la France. C’est sa 5e condamnation pour racisme en 11 ans.

Elle a été condamnée à 15 000 euros d'amende, pour la lettre adressée à Nicolas Sarkozy, qui était ministre de l’Intérieur à l’époque, et dans laquelle elle déclarait : "Il y en a marre d'être menés par le bout du nez par toute cette population qui nous détruit, détruit notre pays en imposant ses actes."

Le parquet avait demandé une peine de deux mois de prison, mais le juge a choisi de condamner Bardot à payer une amende et a ordonné que la décision du tribunal soit publiée dans le bulletin mensuel de sa fondation pour la protection des animaux, dans lequel sa lettre avait été publiée.

Bardot, qui depuis longtemps défend la cause animale, faisait particulièrement référence à la fête musulmane de l'Aid el-Kebir qu’on célèbre en sacrifiant un mouton. Dans sa lettre, elle suggérait que les musulmans assomment les animaux avant de les saigner.

L’ex-actrice de 73 ans avait envoyé la lettre à Sarkozy en décembre 2006 et l’avait ensuite publiée dans le journal trimestriel de sa fondation.

L’année dernière, le MRAP, un groupe antiraciste, avait déposé une plainte contre la publication, citant les strictes lois françaises contre l’incitation à la haine. A l’heure actuelle, la France est le pays européen dans lequel on trouve la plus grande population musulmane, estimée à environ 5 millions d'individus.

Bardot n’a pas assisté à l’audience qui a eu lieu hier. Au lieu de cela, elle a écrit une déclaration qui ne laisse aucun doute quant à son manque de repentir.

"Je suis dégoûtée par la façon dont [ces organisations] me harcèlent. Je refuse de me taire jusqu’à ce que ces animaux soient assommés avant d’être abattus au cours du rituel."

  • Share
  • Tweet
  • Share