Uma Thurman

AP Photo/ Louis Lanzano

Plus de visites surprises sur le plateau pour Uma Thurman.

Jack Jordan, l'ancien patient d'un hôpital psychiatrique, âgé de 37 ans, qui a été reconnu coupable le mois dernier de filature et harcèlement de l'actrice, a été condamné à trois ans avec sursis pour ses méthodes de séduction douteuses, réussissant à sa grande satisfaction (mais pas à celle de l'accusation) à éviter la prison ferme.

"Je suis terrifié à l'idée d'être à nouveau incarcéré", a-t-il dit au tribunal avant la lecture de la peine. "Si seulement j'avais su plus tôt que j'effrayais [Thurman]."

Alors que l'accusation avait insisté pour obtenir une peine maximale d'un an de prison pour l'inculpation pour harcèlement aggravé, le juge de la Cour suprême de New York, Gregory Carro, a décidé que Jordan serait en liberté surveillée dans son Maryland natal, à condition qu'il se soumette à un traitement psychiatrique en consultation externe.

Durant le procès, l'avocat de Jordan a reconnu qu'il avait souffert de schizophrénie et qu'il était cyclothymique.

Quant au chef d'accusation pour filature, Jordan a été condamné à une peine qu'il a déjà effectuée.

Carro a aussi imposé une ordonnance restrictive de cinq ans, interdisant à Jordan d'avoir tout contact avec Thurman, qui n'était pas présente au tribunal pour la condamnation. Carro a prévenu le condamné que s'il enfreignait tout terme de sa peine, y compris toute tentative de contacter Thurman directement ou indirectement, il devrait faire de la prison ferme.

Le 6 mai, Jordan a été reconnu coupable de deux chefs d'accusation : filature et harcèlement aggravé, à la suite de plus de deux ans passés à poursuivre de façon incessante la star de Kill Bill, avec à un moment donné des menaces de suicide.

Thurman, très émotive, est venue à la barre durant le procès le mois dernier, en disant qu'elle et sa famille trouvaient ses comportements "terrifiants" et "dérangeants".

  • Share
  • Tweet
  • Share