Conrad Murray, Joe Jackson

AP Photo / Houston Chronicle; AP Photo / Nick Ut

S'il y a bien un jour où Joe Jackson avait l'attention du monde entier, c'était bien ce jour-là.

Mais au lieu de profiter du premier anniversaire de la mort de Michael Jackson pour tendre le rameau d'olivier à sa femme Katherine ou pour rendre hommage à son fils, il n'a pas hésité à attaquer l'homme qu'il (et la plupart des gens) considère comme responsable de la tragédie : Conrad Murray.

L'avocat de Murray a dit que son client et lui n'étaient "pas surpris".

Comme promis, Joe a non seulement intenté un procès pour la mort de son fils contre le médecin en question vendredi après-midi, mais il cherche apparemment à en faire une affaire fédérale, en déposant les papiers au tribunal fédéral (Murray n'est pas un résident de Californie, donc le patriarche ne pouvait pas déposer sa plainte auprès de l'Etat).

Dans la plainte, Joe affirme que Murray n'a pas divulgué des informations vitales au sujet de la santé de Michael aux ambulanciers, informations qui auraient pu être utiles dans leur tentative de ranimer le roi de la pop. Il affirme aussi que Murray a tenté de dissimuler des preuves probablement liées à la mort de la star.

En plus de la responsabilité dans sa mort, la plainte allégue la négligence de la part de Murray, ainsi qu'une formation et une supervision médiocres, disant que son traitement n'était "pas à la hauteur des standards de soin, et a fini par causer l'overdose de médicaments de Jackson et sa mort le 25 juin 2009".

La plainte affirme que Murray n'a pas divulgué l'historique médical de Jackson au personnel des urgences, et n'a d'abord admis avoir administré que trois médicaments au chanteur, qui a été admis aux urgences sous le nom de Soule Shaun. Aucun des médicaments dont Murray a parlé n'était du propofol, que Jackson prenait depuis quatre mois. Parmi les 20 médicaments que les médecins ont trouvés près du lit de Jackson, un seul médicament avait été mentionné par Murray.

Selon la plainte, cette omission "a démontré une négligence en ce qui concerne la vie de Michael Jackson".

La plainte parle aussi des déclarations contradictoires de Murray à la police, une version des évènements révisée et l'administration erronnée de médicaments, dont principalement le propofol.

Murray, selon la plainte, "ne savait pas comment utiliser le médicament. C'était une déviation extrême du standard de soins, totalement négligent et irresponsable de sa part de ne pas avoir appelé les ambulanciers immédiatement".

Joe affirme aussi que Murray a dit au garde de la sécurité de "cacher des boîtes de propofol, les placer dans un sac, et nettoyer la pièce... Alberto Alvarez a dit à la police que Murray lui avait demandé d'appeler police-secours seulement après que les médicaments avaient été cachés".

Au bout du compte, l'appel à police-secours a été passé une heure et demie après que Murray a découvert Michael inconscient et ne respirant pas, à 10h52. Il a été déclaré mort à 14h26.

En termes de négligence, la plainte dit que Murray n'a pas su reconnaître ou traiter les problèmes médicaux profonds de Michael, affirmant que dans les mois avant sa mort, le chanteur était "perturbé, facilement effrayé, incapable de se souvenir de choses, obsessif et désorienté. Sa mémoire était réduite, il avait perdu l'appétit et n'avait pas d'énergie".

Tous ces symptômes, ainsi que des frissons et coups de froid constants, n'auraient pas été traités, ou incorrectement, par Murray.

La plainte demande des dommages monétaires non spécifiés, mais sans aucun doute conséquents, de la part de Murray, qui ne roule pas vraiment sur l'or. Joe demande un minimum de 75 000 $, la somme minimale autorisée dans une affaire fédérale.

La plainte dit aussi, malgré des affirmations précédentes, que c'est Murray qui est allé voir le chanteur pour lui proposer de "s'occuper de ses besoins de santé".

Quoi qu'il en soit, c'est la deuxième plainte officielle contre Murray ces derniers mois. Celui-ci a déjà été inculpé — mais il a plaidé non coupable — d'homicide involontaire.

Même si le médecin est le seul attaqué dans le procès de Jackson, ce n'est pas le seul à être réprimandé.

"M. Jackson pense que d'autres entités sont aussi responsables de la mort de Michael Jackson, mais il n'a pas encore réuni suffisamment d'informations au sujet de leur responsabilité potentielle", dit la plainte.

Parmi ces entités, il y aurait d'abord AEG, les promoteurs derrière le concert come-back de Michael, ceux qui payaient Murray pour s'occuper du chanteur.

Jackson a dit que la plainte serait modifiée quand il aurait les preuves pour nommer officiellement davantage d'accusés.

En réponse aux allégations, l'avocat de Murray a émis une déclaration :

"Nous continuons d'affirmer que le Dr Murray n'a ni prescrit ni administré quoi que ce soit à Michael Jackson qui l"aurait tué. Le Dr Murray est adoré par ses patients, parce que c'est un médecin responsable et plein d'empathie, dévoué envers ses patients et leur santé. Nous voudrions rappeler aux gens que le Dr Murray n'a pas été déclaré coupable de quoi que ce soit, et nous pensons que son innocence sera prouvée dans un tribunal. On nous avait dit qu'un procès contre lui allait être intenté il y a des mois, donc cette plainte n'est pas une surprise pour nous."

  • Share
  • Tweet
  • Share