Howard K. Stern, Dr. Khristine Eroshevich, Sandeep Kapoor, Anna Nicole Smith

Kevork Djansezian/Getty Images; Danny Moloshok / Reuters; Kevork Djansezian/Getty Images; Ning Chiu/ZUMApress.com

Les détails sordides autour de la mort d’Anna Nicole Smith ne font que commencer.

Robert J. Perry, le juge de la Cour supérieure de Los Angeles a estimé ce week-end que le ministère public a montré assez de preuves à l'encontre de l’ex-compagnon d’Anna Nicole, Howard K. Stern, ainsi que des docteurs Khristine Eroshevich et Sandeep Kapoor pour qu’ils soient inculpés de 22 chefs d’accusation sur 23 pour des crimes liés à des médicaments.

"Toutes les charges ont été retenues contre les trois inculpés, qui sont mis en examen à l’exception d’un chef d’inculpation [préscription de placebos]", a déclaré à E ! News, la porte-parole de la cour, Vania Stuelp.

Au cours des trois dernières semaines, le juge a entendu le témoignage de psychiatres, pharmaciens, gardes du corps et même du père de l’enfant d’Anna Nicole, Larry Birkhead, tous reconnaissant l’addiction aux médicaments de l’ancienne reine de beauté. Dire que tout ça n’est pas très joli est un euphémisme.

On a tous été choqués par les histoires d’excréments dans un lit et flottant dans une piscine, après que la star a failli se noyer, plus les descriptions d’abscès infectés sur le postérieur de Smith qui auraient pu être la cause d’une mauvaise réaction aux médicaments qu’elle prenait. On a même parlé de bain pris par la star défunte avec un de ses médecins, et d’échanges de baisers avec l’autre.

On aurait largement pu s’en tenir là.

Mais il semble que ça ne soit que le début. La prochaine audience est prévue pour le 11 décembre.

  • Share
  • Tweet
  • Share