• Share
  • Tweet
  • Share
Robert Pattinson, GQ

Nathaniel Goldberg / GQ

Robert Pattinson est en couverture du numéro d'avril de GQ, très chic et plutôt propre sur lui, et également quelque peu perdu.

C'est cet état de nervosité, et non de propreté ("ses vêtements sentent comme s'il venait de les acheter à quelqu'un de moins fortuné que lui", a écrit le journaliste), qui transpire dans cette interview, dans laquelle l'acteur se révèle un vrai moulin à paroles.

On ne s'en plaint pas parce qu'il évoque à peu près tout ce qui nous intéresse.

Honneur aux dames…

Comme il le dit : "Il n'y a littéralement aucune histoire [vraie] qui pourrait être racontée à mon sujet." Et il sait de quoi il parle, il se tient au courant de toutes les rumeurs qui courent sur lui puisqu'il aime lire à son sujet, "poussé par une sorte de narcissisme masochiste".

Selon lui, ce n'est pas vrai qu'il fréquente une top-modèle brésilienne nommée Annelyse ("Je ne l'ai jamais rencontrée"), ou qu'il tente de voler Camilla Belle à un des Jonas Brother ("Non. Je veux dire, oui, on est amis") ou qu'il a vraiment demandé Kristen Stewart en mariage ("J'ai dit ça dans une interview, pour rigoler : "Je l'ai demandée en mariage plusieurs fois." Et il a été publié : "Sur le plateau, il l'a demandée en mariage plusieurs fois"").

Quant à jouer le vampire lunatique et sensible Edward Cullen, il doit son succès initial à un Valium qu'il a pris avant de se rendre à l'audition. Mais après cela, il a étudié le monde de Twilight et s'est préparé à tout donner. "Si vous rencontriez quelqu'un comme lui [Edward] dans la vraie vie", dit-il, "vous penseriez qu'il est un peu à l'ouest". Alors il a essayé de le jouer plus nerveux et plus cool, si c'est un tant soit peu possible quand on a la peau qui scintille !

Son prochain film, Little Ashes, un film espagnol indépendant dans lequel il incarne un jeune Salvador Dalí, n'a rien à voir avec Twilight, mais cela ne devrait pas déranger la plupart de ses fans quand ils sauront ça : "J'ai en quelque sorte dépassé les limites de ce que je me croyais capable de faire. J'ai dû faire toutes ces scènes de nu."

Ceci a bien sûr été tourné avant l'incarnation d'Edward Cullen, il n'a pour l'instant aucun projet jusqu'à ce que l'adaptation de la saga de Stephenie Meyer prenne fin. Il déclare même ne pas trop s'en préoccuper.

"Ce n'est pas très grave si je n'ai pas beaucoup d'autres rôles", explique-t-il. "Si tout cela se terminait maintenant, je dirais : "D'accord. Ça m'est un peu égal." C'est probablement stupide de dire ça. Mais ça m'est égal, vraiment. Ce serait bien pire de faire un tas de choses mauvaises. Parce qu'après, vous ne pouvez pas entamer une autre carrière. Si vous vous êtes ridiculisé, vous ne pouvez pas être pris sérieusement en tant qu'avocat ou autre, vous ne serez jamais pris au sérieux si vous êtes un acteur bidon. La seule chose que je souhaite est de ne pas être ridiculisé."

Nous ne savons pas si nous devons le croire quand il dit qu'il ne se préoccupe pas de son avenir dans le cinéma, mais franchement, il peut dire ce qu'il veut, surtout des choses comme ça :

"O.K.", a-t-il commencé avant d'inspirer profondément. "Je me suis fait Joe Jonas… Je l'aime."

Ah, c'est Rob Pattz, ça, il ose tout.